Les Open, stratégies pour la motivation.

Dans Compétition, CrossFit, Open par Elie MargerinLaissez un commentaire

Comme chaque année, la phase des Open des Crossfit Games est arrivée.
La voie tracée vers la « Road to the Fittest » est à nos portes.
Comme chaque année, les pratiquants les plus en forme se livrent une lutte acharnée pour décrocher le précieux sésame vers les phases finales des CrossFit Games.
Comme chaque année, pour 99,9% des inscrits, l’intérêt et la valeur des Open est ailleurs.

Christophe Besnard, finaliste des CrossFit Games en 35-39 en 2017 aux côté de Antoine Gasparini et de Marie athlète à Reebok Crossfit Louvre à Paris.
Christophe Besnard et Antoine Gasparini après un wod coudes à coudes avec Marie.

Qui sont les athlètes qui font les Open?

Marie est pratiquante de CrossFit®, elle a trois enfants et une vie bien remplie. Une jolie carrière, des projets et elle s’entraîne assidûment pour le fun, pour sa santé, pour elle.
Elle s’inscrit au Open car son coach et les athlètes de la box lui en parlent. Ils expliquent comment ces cinq semaines seront drôles et exaltantes.

Raphael, son voisin dans la séance, est un peu comme elle. Il a déjà du mal à décrypter le contenu du wod du jour. Les noms des mouvements se ressemblent pour lui. Il aimerait déjà faire quelques tractions, sauter sur une box sans crainte ou courir un 400 mètres à la vitesse de l’éclair sans se sentir asphyxié.
Il vient déconnecter, se faire du bien dans sa box, ce lieu un peu hors du temps où il se retrouve avec d’autres.

Les Open à CrossFit Louvre II près de Bordeaux

Les Open c’est avant tout ça, une réunion, une partie intégrante de notre culture de pratiquant de CrossFit®. Une fois par semaine, pendant une durée d’un mois, il n’est plus tant question de progresser que de faire le bilan, d’un an de travail, d’efforts et d’amusement.

Mais quel amusement me direz-vous? Les Open, c’est dur!! C’est parfois l’échec de ne pas réussir un mouvement, de ne pas faire le score espéré.
Les Open c’est la frustration.
J’ai une révélation à vous faire: même l’athlète le plus fit du monde, celui qui ferait un « Fran » en 1m45 espérerait sans doute le faire en 1m44.
C’est humain.

L’Homme pourrait mourir pour des points.

Coach Greg Glassman fondateur de la méthodologie CrossFit®

De la frustration à la motivation.

Alors que faire de ce sentiment de frustration? Nourrissez vous-en!
Vous le faites déjà face à toutes les difficultés, au boulot, dans la vraie vie, personnelle et affective.
Ce constat Elijah Muhammad s’en est même servi pour décrire son programme d’entraînement « Lift as often as in everyday » comme il a pu le confier dans le podcast de Jason Khalipa « AMRAP mentality ».
Lors de sa première participation aux Games, il était déjà père de famille, avait trois emplois, dont un de nuit à faire des ménages et s’entraînait rudement.

Ces frustrations sont en fait des forces, des épreuves que l’on surmonte. Un succès permanent chaque fois que vous vous remettez à l’ouvrage.
Chaque fois que vous revenez vous entraîner, que vous prenez une décision judicieuse au sujet de votre alimentation.
Accepter ses limites c’est aussi mieux se connaître, mieux connaître la culture de votre box et de la méthodologie.

Ne pas chercher de raccourci permet de préserver un standard élevé en terme d’exigence. Se battre, pour faire le mouvement de la bonne manière, comme le handstand push-up par exemple. Ne pas accepter le standard c’est tricher, tricher avec soi-même. Vous aimez vous entraîner? Alors c’est que vous aimez le défi. Aujourd’hui ou demain vous le releverez avec Panache.

Champions ou athlètes du quotidien: à chacun ses victoires.

La difficulté des Open n’est pas une fatalité, c’est une bénédiction.
Ne vous y trompez pas, l’entraînement en CrossFit ne devient jamais plus facile, bien au contraire. Plus vous serez en forme plus serez près à aller loin dans l’effort.
C’est la que résideront vos plus grandes victoires!
Peut être pas une qualification aux CrossFit Games, peut être pas une médaille. Mais peut être votre première pull-up, premier muscle-up, premier wod en Rx.

Chaque année dans le monde des centaines de milliers de pratiquants profite de l’émulation des Open pour se dépasser.

Ce statut de Rx, n’est jamais un dû, jamais un acquis et il vous faudra continuer à vous entraîner pour le conserver.
Pour faire le bilan il faut des éléments de comparaison. Des souvenirs forts au travers desquels vous pourrez réaliser tout le chemin déjà accompli.

Pour conclure si vous n’avez pas fait de hspu, pas marché sur les mains, pas passé le deuxième tour…. Pas de panique, ce n’est que partie remise! Utilisez toute votre énergie pour en faire quelque chose de positif il reste encore deux semaines pour faire des prouesses avec les membres de votre communauté. Soutenez et admirer les meilleurs d’entre nous mais comme dans X-Files rappelez vous que la vérité est ailleurs.

Carole Castellani, coach et athlète à CrossFit Lyon réussit un snatch lors des qualifications du French Throwdown.
Carole Castellani athlète et Coach à CrossFit Lyon

Leave a Comment